Loi sur la langue des signes de la communication

0

Et à quoi cela ressemble-t-il du point de vue des contacts plus officiels, par exemple, dans les bureaux ? Comment se porte la Pologne ici ?

Cela peut être très différent. En 2011, la loi sur la langue des signes et autres moyens de communication a été adoptée, qui donne aux personnes autorisées la possibilité de choisir le mode de communication, oblige les autorités à avoir un interprète à la demande d’un minimum de 3 jours avant la visite. Il s’agit d’une grande commodité, mais dans la pratique, la mise en œuvre des dispositions légales est très différente. Le Médiateur a publié son rapport sur la question. Il montre que seulement 10 pour cent. il est possible d’utiliser un interprète PJM ou l’assistance d’un fonctionnaire formé. Autant que 41 pour cent. il permet uniquement le contact avec un fonctionnaire formé.

Très souvent, un tel fonctionnaire formé est de facto après un cours de 60 heures.

Le plus souvent SJM, qui ne fournit pas des compétences de communication suffisantes pour gérer les affaires officielles. Imaginez être servi au bureau par quelqu’un avec un certificat de langue A1 !

Chez les médecins, les personnes sourdes sont également confrontées à des situations désagréables. Parfois, ils veulent régler leur propre cas par écrit, sans la participation d’un interprète en raison du besoin de confidentialité, ou, par exemple, ils ont simplement besoin d’un renvoi. Il y a des médecins qui refusent de servir un tel patient, arguant que la durée d’une telle visite est trop longue.

  • Très souvent, un tel fonctionnaire formé est de facto après un cours de 60 heures.Mon partenaire, qui est sourd, est venu avec une demande pour être référé à un pneumologue, et le médecin l’a vendu, a effectué un test d’écoute, a trouvé une bronchite et a prescrit un médicament sur ordonnance ! Pensez-vous que davantage de personnes entendantes devraient apprendre à cligner des yeux
  • Mon partenaire n’était pas du tout malade. Mais peut-être qu’il avait l’inflammation après tout ? Peut-être devrait-il prendre ce médicament ?
  • Ou peut-être que le médecin voulait se débarrasser de lui rapidement ? Il ne l’a pas découvert parce qu’il n’y avait pas de communication. Dans ce cas, le traducteur n’était pas disponible et le médecin n’a pas voulu accepter un traducteur en ligne.

Marek a immédiatement pris rendez-vous avec un autre médecin pour le lendemain et a appris qu’il n’était pas malade et qu’une ordonnance n’était pas nécessaire.

Pensez-vous que plus de personnes entendantes devraient apprendre à cligner des yeux ?

Bien sûr, il vaut mieux que les entendants connaissent la langue des signes ! J’étais en vacances aux États-Unis il y a quelques années. Là-bas, la langue des signes américaine (ASL) est peut-être la troisième langue étrangère la plus populaire choisie par les étudiants. C’était évident!

De temps en temps, mes amis et moi rencontrions des gens qui nous montraient quelque chose, qui n’avaient aucun problème à communiquer avec nous, à nous aider avec quelque chose.

Bien sûr, nous ne comprenions pas grand-chose à l’ASL, mais ce fut une expérience très agréable et rafraîchissante. Les Polonais ne sont généralement pas communicatifs et prudents lorsqu’il s’agit de contacts avec les étrangers. A l’étranger dans l’ouest c’est beaucoup mieux.

C’est très précieux lorsque les entendants veulent en savoir plus sur notre monde et sont ouverts à une communication différente, une perception différente du monde. Il faut rejeter les stéréotypes, il ne faut pas avoir peur des sourds. Nous sommes humains comme tout le monde. Écrire sur une carte, gesticuler, parler clairement aidera à établir le contact.